L’ÉVANGILE AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE TOMES I et II LA FOI AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE – Françoise Dolto

L'évangile au risque de la psychanalyse, tome I et II. La foi au risque de la psychanalyse - Françoise Dolto
Françoise Dolto
L’ÉVANGILE AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE
TOME I

Éditeur : ‎ Éditions du seuil Collection points Série essail – janvier 1977
EAN : 978-2020063203

L’ÉVANGILE AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE
TOME II

Éditeur : ‎ Éditions du seuil Collection points Série essai – janvier 1977
EAN : 978-2020063203

LA FOI AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE
Éditeur : Éditions du seuil Collection points Série essai – novembre 1983
EAN : 9782020066235
Pédiatre et psychanalyste, Françoise Dolto restera – pour la plupart de ses lecteurs – une thérapeute « de terrain », une intellectuelle vouée à sa pratique mais désireuse de transmettre son expérience par le truchement de l’écriture.

À la fois freudienne et Lacanienne, Françoise Dolto nous a quittés le 25 août 1988 ; elle n’en reste pas moins parmi nous.

Pour ces trois ouvrages, qui n’en font qu’un, cette autrice a sollicité l’aide de Gérard Sévérin également psychanalyste.

Une communication réelle s’établit entre ces deux êtres dont les « univers » semblent proches puisque Gérard Sévérin, « en médecin accoucheur » recueille le message que veut bien nous transmettre Françoise Dolto par sa lecture très personnelle et atypique « des évangiles ».

Son interprétation des textes du nouveau testament lui appartient, elle ne peut donc être ici restituée sans adjonctions de déformations inhérentes à l’imagination de la lectrice que je suis.
Mais grâce aux questions de Gérard Sévérin quelques uns d’entre nous pourrons recevoir « à la source  » des résonances attestant de notre entendement concernant certaines des interprétations développées par cette psychanalyste.

Françoise Dolto ne cherche pas – me semble-t-il – à retracer « L’HISTOIRE DE JÉSUS » écrite par les humains d’une époque révolue, elle « ressuscite » ici un homme de confession juive porteur d’une foi christique et moderniste transcendant les commandements de Moïse et condamné – à ce titre – par les gardiens du décalogue et par l’autorité romaine à l’époque en vigueur.
Dans cette HISTOIRE qui perdure, Jésus, accepte la sentence infligée, pour l’Amour d’une Vérité qui lui paraît impossible de renier.

Ce « JÉSUS » nouvellement « ressuscité » ou « réinventé » par Françoise Dolto, et par l’apport de la psychanalyse, nous invite peut-être à repenser notre filiation dangereusement directe car, au-delà de nos bienfaiteurs géniteurs, pourrait surgir, par conviction ou par effraction, l’espace-temps infini des possibles ?

Béatrysse Dartstray

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.