LA PSYCHOLOGIE DE LA VIE – Alfred Adler

La psychologie de la vie - Alfred Adler
Alfred Adler
LA PSYCHOLOGIE DE LA VIE
Éditeur : L’Harmattan – décembre 2006
ISBN : 978-2-296-01801-3
EAN13 : 9782296018013
3 out of 5 stars (3 / 5)

Trois grands maîtres intègrent « la psychologie des profondeurs ».
Tout d’abord Sigmund Freud qui offre avec autorité une structure à l’être humain en trois grandes dimensions (conscient, préconscient, inconscient) puis Carl Gustav Jung qui élargit l’espace vital de cette architecture quelque peu rigide en annexant l’inconscient collectif et enfin Alfred Adler qui propose une psychologie plus sociale.
Freud, Jung et Adler formant une unité indivisible !

Il faut toutefois reconnaître que Monsieur Alfred Adler a aujourd’hui quelque peu été oublié, peut-être parce que cet aventurier de la psyché ne se posa pas en théoricien comme le firent Freud et Jung mais s’inscrivit plutôt comme un médecin talentueux, attentif et bienveillant pour son époque.

L’évolution sociétale s’étant orientée vers des modes de vie complètement étrangers à ceux qui préexistaient au début du XXe siècle peut expliquer le moindre intérêt que portent actuellement nos concitoyens à « l’acteur  » de la psychologie individuelle.

Le livre présenté en couverture aborde précisément la psychologie individuelle adlérienne : l’écriture en est laborieuse et sans effets stylistiques c’est pourquoi la lecture des ouvrages de ce maître de la psyché nous apparaît – de par sa formulation – quelque peu rébarbative mais le courage aidant nous ne saurions contourner certains de ces propos qui demeurent encore à l’heure actuelle non opportunistes, réalistes et très vivifiants.

Alfred Adler nous propose non une théorie mais ENFIN !… Un chemin de vie à réactualiser selon « les époques », nos racines « terrestres » et « célestes » et selon notre propre environnement.
La petite voie de l’espérance se fait ici entendre avec force et modestie.
Je ne retiendrai de « cet entretien » avec cet auteur atypique que 3 idées fondamentales qui pourraient relier la petite philosophie de nos vie individuelles à celle de la grande société humaniste que nous rêvons tous… un jour… de réaliser.

Ces trois positions seraient les suivantes :

L’être humain dès sa plus tendre enfance se trouvant en état d’infériorité du fait de sa propre dépendance, qui se révèle à lui, exprime le désir de se développer et de s’épanouir dans l’espace qui lui est imparti pour devenir un CRÉATEUR.*
Les conditions doivent donc se trouver favorables pour que cet être en devenir parvienne à réaliser son projet sociétal.

Selon cet auteur, dès l’âge de 6 ans, le « prototype »* de ce que sera la personnalité adulte commence à se développer chez l’enfant selon les conditions de vie et « l’aperception »* qu’il en intègre.
Ce projet, ce « but » *à atteindre pourrait dans certains cas faire apparaître des distorsions avec les contingences sociétales et éthiques en vigueur ; dans ce cas-là, le rôle du médecin psychanalyste sera de « redistribuer les cartes » pour que l’ enfant parvienne à trouver une *LIGNE DIRECTRICE en fonction du noyau vital (prototype) compatible avec : sa fragilité, le *BUT (DE CRÉATION ET DE VALORISATION CHOISI) et les enjeux valeureux de la société qu’il habite.

Alfred Adler ne souhaite pas s’apesantir sur les composantes congénitales et génétiques de l’être humain pour construire les principes de « la psychologie individuelle » mais il insiste sur le rôle du thérapeute qui se doit parfois de dépasser l’écoute psychanalytique pour devenir un simple et valeureux médecin éducateur.

Alfred Adler aura marqué son époque…les neurosciences… non humanistes, mais utiles… viendront ultérieurement compléter son étude.

Si « l’auteur de la psychologie de la vie » est rarement cité aujourd’hui ce psychanalyste ne peut que nous émouvoir puisqu’il reconsidère le rôle éminemment important de l’éducation et de l’éthique que nous devons redistribuer à nos enfants pour construire un monde meilleur.

Alfred Adler a la force et le courage d’affirmer que nous sommes tous des êtres créateurs porteurs d’un projet sociétal valorisant, projet auquel il ne nous demande pas de renoncer mais d’adapter à la mesure de nos ambitions et de notre potentiel cognitif en fonction des règles morales établies par la société.

Il existe pour chacun de nous un projet valorisant qu’il nous appartient de découvrir pour donner sens à notre vie afin que toutes nos existences réunies engendrent une civilisation digne de la grandeur qu’elle mérite : c’est là le seul message que je retiendrai.

Béatrysse Dartstray

LEXIQUE ADLÉRIEN
*APERCEPTION
(Façon individuelle d’interpréter chaque évènement selon la ligne directrice nommé style de vie ou prototype).

*PROTOTYPE
(Il désigne la forme initiale du style de vie)

*CRÉATEUR
(L’expression se réfère à une création inconsciente.
Tout se passe comme si l’enfant se formait une idée de sa valeur et de celle du monde à travers son petit environnement en puisant dans les impressions que celui-ci produit en lui)

*LIGNE DIRECTRICE
Cheminement qui intègre le but de la création de la valorisation choisie par l’être humain.

*LE BUT CHOISI
C’est, selon Alfred Adler, l’objectif de valorisation et la manière individuelle de valoriser et de fuir les situations traumatisantes.
Dans ce cas, la manière d’utiliser ses tendances importe plus que les tendances elles-mêmes.

Alfred Adler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *